Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CLCV SARTHE

Les colliers d'ambre peuvent être dangereux pour les bébés

3 Juin 2017 , Rédigé par Le Particulier Publié dans #Consommation, #santé

Les "colliers de dentition" en ambre que les parents mettent autour du cou de leurs jeunes enfants peuvent entraîner des étranglements et des suffocations, selon la Répression des fraudes.

Les colliers d'ambre peuvent être dangereux pour les bébés

 

Pour soulager la souffrance de leurs enfants lors de l'apparition des premières dents, de nombreux parents font porter à leurs nourrissons un collier dit "de dentition", en ambre, des pièces souvent présentées comme ayant une action favorable sur les poussées dentaires. Malgré ces prétendues vertus apaisantes, la DGCCRF (Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la Répression des fraudes) tire la sonnette d'alarme et alerte sur les risques d'étranglement provoqués de ce soi-disant "antidouleur".

Après une enquête menée sur une centaine d'établissements contrôlés par la Répression des fraudes - des grossistes, supermarchés, commerçants bio en passant par des bijoutiers, le constat est sans appel : sur 32 bracelets et colliers prélevés par la Répression des fraudes, 28 ont été considérés comme dangereux en raison d'un risque de strangulation ou de suffocation. Pour la DGCCRF, la plupart des commerçants ne prennent pas l'initiative de vérifier, auprès de leurs fournisseurs, que les mesures de sécurité ont été mises en œuvre. Un site vendait par exemple des bracelets sans nœuds entre chaque perle (les nœuds permettant de limiter le nombre de petits éléments accessibles en cas de rupture) et sans aucun avertissement de sécurité. 

Compte tenu du taux de dangerosité qui reste très élevé sur ces produits, la DGCCRF a alerté les autres pays européens, via le réseau RAPEX. Elle indique qu'un avis destiné aux professionnels sera publié au Journal officiel pour leur rappeler la nécessité de procéder à des essais de sécurité et de fournir aux parents des précautions d'emploi adéquates.

En 2003, le Service mobile d'urgence et de réanimation (SMUR) avait ainsi recensé trente décès d'enfants par étranglement, dus à la présence de ces colliers et autres chaînettes. Face à ce chiffre, la société française de pédiatrie avait réclamé déjà que la vente de ces produits soit interdite en pharmacie et plus généralement que les fabricants avertissent les acheteurs sur les risques encourus.

 

Partager cet article

Repost 0